GÉRARD ZLOTYKAMIEN
02/05/2018 > 02/07/2018

Art Azoï a invité avec joie et émotion l’artiste Zlotykamien à venir peindre le mur du square Henri Karcher. Cette intervention est précieuse car cet artiste est l’un des pionniers de l’art urbain français avec ses premières interventions artistiques de rue dès 1963, il y a plus de cinquante ans. A l’époque, son acte de peindre à même la ville, et notamment dans des espaces voués à disparaître ou à être rénovés, était très novateur. Des artistes ont suivi cette même démarche dans les années 1980, tels que Miss.Tic, Blek le Rat ou encore Jean Faucheur, parfois regroupés sous les appellations « picturo-graffitistes » et « média-peintres ».

Sur le mur Karcher, Zlotykamien propose une œuvre imaginaire, flottante mais bien concrète, composée de personnages se mélangeant à un univers vaporeux aux teintes roses et bleues. L’artiste nomme ces silhouettes poétiques aux traits bruts des « Éphémères ». À l’origine, ces ombres dépersonnalisées rendaient hommage aux victimes japonaises irradiées d’Hiroshima. En les définissant ainsi, l’artiste insiste sur la fragilité de la vie mais aussi sur la précarité singulière des œuvres d’art urbain, vouées à disparaître un jour, fatalement soumises aux différents aléas de l’espace public. En s’adaptant au relief du support, le tracé noir peint par Zlotykamien, entre autres pour ses Ephémères, suit les aspérités du mur et réinvente la géographie du lieu. La notion d’espace est fondamentale pour ce dernier qui a mûri sa réflexion aux côtés de l’artiste Yves Klein, lui-même connu pour avoir approfondi la question du vide.

Au cours de la réalisation de l’œuvre du mur Karcher, Zlotykamien a laissé plusieurs enfants intervenir avec des bombes de peinture. Ces derniers ont spontanément dessiné des visages, des cœurs stylisés et des lettres qui se fondent à présent dans l’ensemble peint. À travers cet acte, l’artiste décèle des formes universelles communes à tous qui nourrissent notre imaginaire, lien essentiel qui unit les êtres, les uns aux autres.