© Art Azoï
© Art Azoï
© Art Azoï
© Art Azoï
© Art Azoï

HIT PARADE

2SHY, 3615, BRUS, BRUNO PONTIROLI, JC EARL, FANCIE, FARS, FORMEL, GILBERT, GUILLAUME MATHIVET, KOUKA, LENA, MEANS, MICHAEL BAREK, NASSYO, NATIVE, NOÉ NADAUD, O’CLOCK, OSTA, RCF1, SEUD, SOKET, SPHER, SPIRAL, TEURK, TVRBO (R.I.P), WIRE, YEEMD, ZEN TWO, PAZ

 

CONFLUENCES
MAI 2012
MUSIQUE ET GRAFFITI

“HIT PARADE” est née de l’envie d’interroger, d’explorer les liens entre la MUSIQUE et le GRAFFITI. À l’origine le graffiti est intimment lié au Hip Hop, ce dernier est apparu au début des années 1970 aux États-Unis, plus qu’un simple genre musical, c’est un mouvement culturel entremêlant musique et chanson (hip-hop, MCing, rap), art, mixage de vinyles (DJing), danse (Breakdancing) et graffiti.

Établie au départ dans les ghettos new-yorkais, sa culture s’est étendue au reste du monde, dans les années 1980, marquant toute une génération de jeunes graffeurs parisiens. S’appropriant dans un premier temps les codes graphiques de leurs aînés outre atlantique, certains acteurs de la scène parisienne s’affranchissaient bien vite. Explorant d’autres imageries et d’autres codes issus d’univers musicaux très différents ils donnaient alors naissance à des crews aux langages picturaux originaux et révolutionnaires marqués aussi bien par le punk, le rock que l’électro.

L’exposition “HIT PARADE” propose de dépasser le cliché du graffeur “hippopien” et de donner aujourd’hui la parole à des artistes acteurs historiques des évolutions et des mutations du mouvement graffiti à Paris.

Qu’en est-il, quel témoignage peuvent-ils nous transmettre?

Qu’écoutent-ils qui accompagne leur oeuvre ?

Quel message, quelle dynamique et quel mouvement pour quelles images ?

Les artistes sont invités à travailler sur des supports carrés au format vinyle 33 et 45 tours.

Menu